Vous êtes ici : Accueil > Vie des Mathématiques > Semaine des mathématiques > Florilège des actions de la semaine des mathématiques 2017
    Publié : 30 avril

    Semaine des mathématiques 2017

    Florilège des actions de la semaine des mathématiques 2017

    La sixième édition de la Semaine des mathématiques s’est tenue du 13 au 19 mars 2017. Elle a donné lieu à de multiples manifestations dans les établissements de l’Académie de Rouen.


    Sommaire

    Concours et rallyes

    Énigmes au collège Maurice de Vlaminck de Verneuil-sur-Avre

    Texte élaboré par Mme Foucault, collège Maurice de Vlaminck, Verneuil-sur-Avre

    Collège M. de Vlaminck - Verneuil-sur-Avre
    Une énigme par jour était affichée :

    • sur l’ENT du collège,
    • à la vie scolaire,
    • dans les couloirs de maths,
    • en salle 313.

    Les élèves pouvaient répondre :

    • sur l’ENT, en ajoutant un commentaire à l’article proposant l’énigme ;
    • dans l’urne disposée à la vie scolaire ;
    • directement à madame Foucault.

    90 élèves ont répondu à la recherche des énigmes. Cela représente près de 12% du collège. Cette année, les élèves de SEGPA n’ont pas participé. Leur professeur était en formation durant cette période. Tous les niveaux sont présents mais les 6e et les 5e représentent la plupart des bulletins. Pour la répartition « garçons-filles », 1/3 sont des filles seulement.

    PNG - 56 ko
    La boîte-réponse

    Chaque matin, j’affichais l’énigme du jour sur les vitres de la vie scolaire. Les élèves impatients attendaient, calculatrice en main ! Certains cherchaient mais ne participaient pas obligatoirement. Les énigmes étaient données chaque jour aux AED pour la salle de permanence, au CDI qui dispose de plusieurs PC et bien entendu aux collègues de mathématiques. On pouvait aussi trouver les énigmes à chaque étage sur le mur d’affichage. Les élèves ont déposé leurs réponses dans l’urne à la vie scolaire ou ont utilisé l’ENT et la rubrique « semaine des maths » ou encore les ont remises à leurs professeurs qui me les transmettaient.

    Depuis plusieurs années, cette manifestation est présente au sein du collège. Elle est toujours attendue avec impatience. Elle révèle des élèves. L’un d’entre eux, que je n’ai pas en classe, m’a envoyé un message sur l’ENT « ça y est, j’ai réussi... » Il semblait heureux d’avoir trouvé. Un parent m’écrivait « très bonne source de motivation pour notre enfant ces énigmes, bravo ! » Ces petits mots de soutien que j’ai pu recevoir pendant cette semaine me conforte dans l’idée de poursuivre cette action.

    La remise des prix aura lieu en fin d’année avec les autres concours, challenges...

    Les cinq énigmes de 2017
    PDF - 353 ko
    GeoGebra
    PDF - 220.6 ko
    Langage Binaire
    PDF - 219 ko
    Scratch
    PDF - 187.7 ko
    Tableur
    PDF - 204.2 ko
    calculatrice

    Le bridge à l’école des Roches, Verneuil-sur-Avre

    Texte élaboré par M. Houeto Oke, école des Roches, Verneuil-sur-Avre

    Principe de mise en œuvre

    La semaine des mathématiques a été retenue pour présenter le bridge aux élèves du collège et à ceux des classes de seconde et de première.
    Pendant les heures d’AP de chaque classe, j’ai présenté aux élèves :

    • La constitution des équipes et leur disposition autour de la table (Nord-Sud / Est-Ouest)
    • La composition du jeu de cartes et sa distribution
    • Les cartes et les points d’honneur
    • Les règles élémentaires du bridge simple (sans atout) Sans trop m’attarder sur la théorie, nous sommes vite passés à la pratique, l’occasion pour moi de poursuivre les explications et de leur montrer les intérêts pédagogiques et didactiques du jeu. Pour cette première phase de la mise en œuvre, l’emploi du temps de mes collègues ne leur a pas permis de se libérer pour m’accompagner dans l’encadrement des élèves. Durant les séances d’AP au-delà de la semaine des mathématiques (jusqu’à la fin du mois de mars), j’ai sollicité l’implication d’élèves qui ont assimilé (relativement) facilement, afin de relayer les règles du jeu auprès de leurs camarades. Une reconnaissance appréciée par ceux qui ont été retenus pour cette mission.

    Bilan après trois semaines de pratique

    Les élèves ont unanimement apprécié cette approche de l’enseignement des mathématiques par le
    jeu , en témoignent quelques avis recueillis :

    ...C’est plaisant, ça donne envie, cela rend la matière encore plus attrayante, cela nous permet de nous concentrer sur ce que nous faisons et de faire du calcul mental sans nous en rendre compte...


    À ce jour, les élèves maîtrisent

    • le comptage du nombre de points d’une main
    • le principe des levées Certains commencent à imaginer leurs propres stratégies pour réaliser un maximum de levées (sans toutefois être des experts puisque nous ne sommes qu’aux débuts). Cette phase d’initiation laisse déjà apparaître chez les élèves, un esprit d’équipe et de groupe, une libération plus facile de la parole chez ceux qui, habituellement, s’exprimaient peu.

    Perspectives

    Puisque je n’ai découvert le jeu de bridge qu’en décembre, lors d’un stage, je suis amené à travailler
    personnellement en amont, sur l’approfondissement des règles et des stratégies. A cet effet, les documents que m’ont transmis Bernard FINGER et Michel GOUY m’ont été très utiles, je leur dis
    merci au passage.
    Bientôt, lors des conseils d’enseignement dans mon établissement, je proposerai à mes collègues et au chef d’établissement, un alignement de certaines heures d’AP par division d’enseignement, en vue du projet « BRIDGE » que je compte monter pour l’année prochaine. Je profiterai aussi de l’occasion pour sensibiliser les collègues susceptibles d’encadrer cette activité avec moi dès la rentrée de septembre.

    Le bridge au lycée Thomas Corneille de Barentin

    Texte élaboré par Mme LEDRU, professeur de mathématiques au lycée Thomas Corneille de Barentin.

    Au lycée Thomas Corneille de Barentin, trois activités différentes étaient proposées aux élèves : étude de quelques énigmes mathématiques, projection du film Imitation game retraçant la vie et l’œuvre du britannique Alan Turing, le père de l’intelligence artificielle, et une initiation au jeu du bridge.
    La publicité de ces quelques activités était assurée grâce à l’affiche sur fond jaune qui apparaissait en divers endroits du 1er étage du bâtiment B du lycée.

    Celle du jeu du bridge a eu lieu le midi des journées de lundi, mardi et jeudi et s’est achevée par une séance de deux heures le vendredi après-midi.
    Sept élèves de terminale S se sont présentés à chacune de ces séances de l’initiation. Au cours des journées, ils ont découvert le mini-bridge sans atout, quelques techniques de jeu telles que celle de la main courte, des affranchissements d’honneurs et de longueur, puis le mini-bridge avec atout. Au fur et à mesure que se déroule l’initiation, les calculs s’enchaînent : compte du nombre de points d’honneurs par joueur puis par équipe permettant d’annoncer le contrat, dénombrement du nombre des levées sûres et des levées manquantes. En même temps, le plan de jeu s’élabore : comment gagner d’autres levées, comment communiquer avec son partenaire, comment choisir la carte d’entame. Autant de comptes et de de réflexions qui font travailler la mémoire, la déduction, la stratégie et qui obligent à la concentration.

    Le vendredi, un intervenant extérieur, professeur de bridge au comité de bridge de Mont-Saint-Aignan, est venu faire découvrir le système des enchères au jeu du bridge sans atout. Venu équipé de boîtes à enchères et de boîtiers de donnes préparées, il a montré l’efficacité des techniques, vues aux séances précédentes, pour faire gagner des levées. A l’issue de chaque partie, la façon de jouer est commentée par l’intervenant qui indique la meilleure façon d’opérer selon les compositions des mains des joueurs. De même les différentes erreurs commises sont analysées pour acquérir une meilleure efficacité de jeu.

    Quelques commentaires recueillis auprès des élèves participants

    « Le jeu du bridge est un jeu très intelligent, complexe à comprendre au début mais très amusant lorsque l’on comprend. Il comporte énormément de combinaisons possibles, ce qui fait qu’on n’a pas le loisir de s’en lasser. »
    « Pour commencer découvrir le jeu du bridge est une idée très bonne. Dans le cadre scolaire c’est un très bon jeu car il sollicite beaucoup de stratégie et de concentration ; chose que notre génération use de moins en moins et ça ne peut que empirer avec les générations qui arrivent.
    Néanmoins les lycéens ne sont pas forcément le bon public.
    En effet le problème du bridge est que, comme nous avons pu le voir, il requiert du calme et beaucoup de sérieux ce qui est difficile à maintenir lorsque l’on est sur des heures hors des heures de cours et que l’on veut garder une ambiance "cool" car les heures hors des heures de cours sont souvent les moments où l’on veut se lâcher. Un des aspects négatifs est aussi le fait que le bridge demande beaucoup de temps pour le reproduire (notamment si jamais on veut le refaire entre amis, car le temps d’expliquer les règles c’est vraiment long à reproduire. Et le problème c’est que si on explique mal et que ça devient trop long tout le monde est vite découragé.) donc les lycéens ne sont pas forcément le bon public car il ne tirent pas de réel intérêt de cette semaine de découverte car une fois le jeux appris on ne le réutilisera jamais car les jeux qui priment sont les jeux courts, notamment lorsque l’on a seulement 1h de creux entre deux cours : un kems, un président etc. sont des jeux envisageables mais pas le bridge (surtout que le nombre de joueur est limité à 4 ce qui est encore plus restrictif).
    De plus le bridge est connoté comme un jeu vieillot ce qui fait que les élèves peuvent dès le début être réticents... ceci est un paramètre à prendre en compte, la popularité d’un jeu peut faire naitre un attrait. Je pense qu’entre poker et bridge le nombre de volontaires auraient pu changer cette semaine. »
    « Au départ, j’avais un a priori plutôt négatif sur ce jeu de cartes, mais je me suis néanmoins décidé à m’inscrire à l’initiation. Le professeur a été très patient pour nous expliquer le jeu, comment il fonctionne, comment utiliser les différentes techniques. Pendant ce temps particulier, la barrière élève/professeur a été légèrement enlevée. J’ai parlé à mes parents de cette semaine et grâce à cette initiation, j’ai pu leur montrer comment jouer au bridge. »

    Il est indéniable que ce jeu requiert du temps et beaucoup d’entraînement. Une vraie réflexion doit être faite pour trouver les moyens de séduire le jeune public et il faudra sans doute redoubler d’ingéniosité pour rendre ce jeu attractif. L’objectif de cette initiation est tout d’abord de faire connaître ce jeu. Les participants ne vont peut-être pas le rejouer tout de suite mais dans un avenir plus ou moins proche pourront y revenir selon les rencontres qu’ils feront. Et le fait de l’avoir déjà découvert les prédisposera à y rejouer.

    Logique ludique au collège Jules Verne de Déville-lès-Rouen

    Texte élaboré par M. Everaert, du collège Jules Verne de Déville-lès-Rouen

    PNG - 103.5 ko
    Zendo

    De quoi s’agit-il ?

    La semaine des mathématiques a été dans notre établissement l’occasion de proposer chaque midi un atelier dédié, d’une manière ou d’une autre, à la logique.

    Pourquoi ?

    Ces dernières années, un atelier « Jeux de réflexion » proposait aux élèves de l’établissement de découvrir et pratiquer des jeux intelligents, d’exercer leur sens logique sous diverses formes. Une fois par semaine, durant la pause méridienne. Les objectifs de cet atelier étaient alors : la sociabilisation, la responsabilisation, le développement de l’esprit de recherche, individuel et collectif, la découverte culturelle du jeu dans le monde. Ses moyens : énigmes logiques, jeux de réflexion classiques, jeux abstraits modernes, programmation Scratch, casse-tête…
    Cet atelier n’ayant pu pour des raisons techniques d’organisation être maintenu cette année, la semaine des mathématiques a été l’occasion de le faire revivre exceptionnellement.

    Quelle organisation ?

    Annoncé par affichage dans l’établissement et sur Arsène76, l’atelier a proposé chaque midi aux élèves inscrits de participer à une activité différente sur une durée d’une quarantaine de minutes.

    • Lundi : résolution d’énigmes logiques (pour la plupart issues du livre Cryptarismes, graphes et autres énigmes mathématiques, Henri Berna, éd. Vuibert)
    • Mardi : découverte du jeu Zendo. Zendo est un jeu de déduction qui se pratique en groupe. Très accessible, son principe repose sur les fondements du raisonnement scientifique : le maître connaît une règle de construction (qu’il a choisie) ; les apprentis, en présentant leurs propres constructions et en les voyant validées ou invalidées, doivent découvrir cette règle. Beau, malin et scientifiquement utile, Zendo n’a qu’un défaut… Il est introuvable (mais on peut en adapter les règles pour jouer avec n’importe quelle collection d’objets).
    • Jeudi : tournoi de Hex. Le jeu de Hex (que l’on ne présente plus ?) présente bien des avantages : ses règles s’expliquent en quelques secondes seulement ; sa pratique ne demande qu’un matériel minimal : un plateau imprimé, des pions ; il oblige, de partie en partie, à faire évoluer sa stratégie de la ligne de pions connectés posés l’un après l’autre à une vision globale du plateau. Pratiqué sur un petit plateau 8*8, les parties ne durent guère plus de cinq minutes et la moindre stratégie inférieure perd de façon presque immédiate.
    • Vendredi : Scratch et les labyrinthes. Après une réflexion commune menée sur les stratégies pour réussir à sortir d’un labyrinthe (avec le support visuel d’un article du site Interstices), les élèves doivent réaliser un programme simple permettant à un robot dirigé par les touches du clavier de se mouvoir dans un labyrinthe. Pour les plus efficaces et rapides, un fichier programmant l’algorithme de Pledge est donné à « décortiquer ».

    Quel bilan ?

    Tout d’abord la grande satisfaction de voir les élèves, des cinquièmes et quatrièmes, former dès le lundi un véritable groupe de chercheurs, s’échangeant des informations tout en se mettant en concurrence avec les groupes voisins. Cet esprit positif et compétitif perdura durant toute la semaine. Satisfaction de voir également les élèves s’approprier rapidement les défis proposés et de vite progresser dans leur réflexion logique, chaque jour et au fil des jours. Mais une frustration certaine due au nombre de participants : une dizaine d’inscrits seulement. Peur de l’association aux mathématiques ? Rejet a priori d’un atelier « de réflexion » ? Faible information en raison d’une faible utilisation quotidienne d’Arsène76 ? Et un regret : celui de ne pouvoir techniquement répondre à la demande des participants… Que ces ateliers se poursuivent sur le troisième trimestre !

    Les énigmes, les règles des jeux, des liens et des fichiers Scratch sont disponibles sur le site du collège Jules Verne.


    Liaison troisième-seconde au Havre

    Texte élaboré par M. Tartarin, du lycée Porte Océane du Havre

    Dans le cadre de la liaison mathématique du bassin du Havre centre, chaque année a lieu au mois de mars (en général durant la semaine des mathématiques) plusieurs rencontres entre collégiens et lycéens dans des lycées havrais.
    Cet échange concerne les élèves en classe de 2nde des lycées :

    • François 1er
    • Françoise de Grâce
    • Jules Siegfried
    • Porte Océane et les élèves de 3ème des collèges de secteur. Les rencontres se déroulent le temps d’une demi-journée (1h pour le voyage, la visite des locaux, et l’installation dans les classes, et de 2h de travail effectif dans les classes). Les élèves pratiquent des mathématiques sur un problème ouvert par groupe de 3, constitués généralement de 2 collégiens (de collèges différents) et d’un lycéen.

    Les objectifs de ces rencontres sont multiples. On peut en dégager trois principales :

    • Découvrir des lycées et environnements potentiels pour la poursuite d’étude des collégiens.
    • Chercher des problèmes ouverts, c’est-à-dire pratiquer des mathématiques pour le plaisir.
    • Permettre via le travail en groupe de favoriser les tentatives et oser produire y compris pour des élèves en difficulté.

    Côté enseignants, la préparation des rencontres permet d’échanger sur nos pratiques, de sélectionner un ou deux problèmes, d’adapter les contenus avec la réforme du collège (par exemple avec la mise en œuvre de l’algorithmique dans le problème proposé cette année).
    La réunion bilan en fin d’année permet de tirer des enseignements du déroulement de nos rencontres, de faire des ajustements par rapport à notre vécu de ces demi-journées, de travailler à l’élaboration de nouveaux sujets, et d’échanger encore sur nos pratiques.

    Le problème proposé en 2017, ainsi que des copies des travaux des élèves, est disponible dans l’article sur la liaison collège-lycée du Havre centre.

    Conférences au lycée Augustin Fresnel de Bernay

    Texte élaboré par Mme Beaujault, du lycée Fresnel de Bernay ; photos de Mme Mary

    Chaque année, la semaine des Mathématiques, au lycée Augustin Fresnel de Bernay, est ponctuée de différentes manifestations, concours et événements.

    Affiche lycée Fresnel - Bernay Lycée Fresnel de Bernay : les concours

    Côté concours, en 2017, ce sont 4 classes de seconde qui ont inauguré la semaine en participant au Rallye mathématique de l’IREM dès le lundi 13 mars. Une quarantaine d’élèves de toutes les filières de premières ont ensuite participé aux Olympiades de Mathématiques, le mercredi 15. Enfin, le lendemain, une vingtaine d’élèves volontaires de seconde ont réfléchi aux différentes questions proposées par le concours Kangourou.

    Côté manifestations et événements, les élèves ont apprécié la diffusion du documentaire les fractales, à la recherche de la dimension cachée projeté en salle audio le vendredi 17, sur le temps du midi.

    PNG - 295.7 ko
    Lycée Fresnel de Bernay : les conférences


    Mais le point d’orgue de la semaine est, bien sûr, l’ensemble des conférences organisées le mardi 14 mars dans la matinée. Plus de 120 élèves de premières S ont pu y participer, accompagnés de leurs professeurs de Mathématiques. Leur écoute attentive, leurs questions pertinentes ainsi que leur engouement à la sortie des conférences ont mis en évidence toute l’importance de cet événement pour les élèves.

    Après un accueil réalisé par M. Stéphane Prigent , les conférences se sont déroulées en trois temps :
    - Intervention de Mme Déborah Michel, doctorante au Laboratoire de Mathématiques Raphaël Salem de Rouen. Mme Michel a expliqué aux élèves en quoi consistait une thèse en Mathématiques en évoquant plus particulièrement la sienne : le sujet, ses recherches, ses premières publications, ses projets... Elle est aussi revenu sur son parcours scolaire et tout naturellement sur sa passion pour les Mathématiques.


    - À la recherche du plus court chemin : conférence de M. Gérard Grancher, ingénieur de recherche au CNRS et responsable informatique du LMRS (le laboratoire de Mathématiques Raphaël Salem de Rouen).

    Le but de cette représentation était de montrer qu’une ligne brisée, un arc de cercle, ou des courbes plus compliquées peuvent constituer le plus court chemin d’un point à un autre puis d’approfondir le problème en cherchant à relier plus de deux points entre eux. M. Grancher a alors présenté des cas où des méthodes simples existent pour trouver le plus court « chemin » joignant n points. Il a aussi présenter une situation où, au contraire, on ne sait pas, en pratique, trouver ce plus court chemin. Pour cela, il il a cherché à solutionner le problème du voyageur de commerce qui souhaite se rendre dans les 69 cantons de Seine-Maritime en suivant le chemin le plus court. Il a alors montré que l’on doit se contenter de solutions approchées, obtenues notamment par des algorithmes faisant intervenir le hasard. Pour conclure, M. Grancher a abordé des applications possibles de ce problème : problèmes de classement et de statistiques... sans oublier la pose économique de papiers peints !

    - Pour clore, cette « math-inée », riche de présentations mathématiques, Messieurs Ibrahim Machmouchi et Maher Mounib ont présenté le métier de professeur de Mathématiques. Ces deux professeurs sont stagiaires au lycée Fresnel et exercent le métier pour la première année. Ils ont, à cette occasion, abordé leurs parcours scolaires, puis présenté les études permettant de devenir enseignant en Mathématiques, l’ESPE et leur année de stage.

    Suite aux différentes conférences, l’équipe des professeurs de Mathématiques a eu le plaisir de partager le déjeuner avec M. Prigent et M. Grancher, occasion de poursuivre la discussion autour des Mathématiques.

    Rallye Calcul@tice et enquête policière au collège Jean de la Fontaine de Bourgtheroulde

    Texte élaboré par Mme Recher, du collège Jean de la Fontaine de Bourgtheroulde

    Rallye calcul@tice

    Mes deux classes de 6ème ont participé à ce rallye dont l’une avec la classe de CM2 de l’école de Bourgtheroulde.
    L’épreuve s’est parfaitement déroulée, les élèves étaient très investis, partageaient et un lien s’est réellement créé en l’espace de 55 minutes (et ce pour mes deux classes).
    Ce fut très plaisant de les voir réfléchir autour du calcul mental.
    De plus, les exercices étaient très variés et très pertinents. Je réitérerai l’expérience l’an prochain.
    En suivant ce lien vers le site de la circonscription du Neubourg, vous trouverez un article écrit par Monsieur Frédéric LE MENEZ, conseiller pédagogique de la circonscription du Neubourg. Ce dernier souhaitait voir l’échange fait entre les 6emes et les CM2 ainsi que le déroulement du rallye Calcul@tice.

    Enquête policière - semaine des Mathématiques

    Voici comment s’est déroulée cette semaine au sein de mon établissement.
    J’ai exposé à mes élèves l’enquête policière que je mettais en place afin de connaître les élèves intéressés.
    38 élèves sur l’ensemble de mes 5 classes ont désiré participer (notamment 6e et 5e ; seuls 2 élèves de 3e).
    Je suis plutôt satisfaite car c’est la première année que je mets une telle action en place au collège de Bourgtheroulde.
    Les élèves étaient réellement investis et n’ont pas oublié que chaque jour une nouvelle énigme était proposée. Ce fut un réel plaisir de les voir avec cette envie de décoder les énigmes.
    Je les accrochais sur la porte de ma salle, devant la vie scolaire et je les envoyais via Pronote.
    Faire afficher l’énigme permettait aux autres élèves issus des autres classes de participer s’ils le désiraient ; mais aucun ne s’est fait connaître.
    Il y a eu quatre énigmes, du lundi au jeudi. Les élèves devaient me rendre leurs réponses le jeudi soir (et au plus tard lundi matin).

    Les élèves ont réellement joué le jeu et semblent avoir apprécié.
    je ferai un sondage cette semaine pour connaître leurs avis.

    PDF - 607 ko
    Attaque de la banque : les énigmes
    PDF - 193.6 ko
    Fiche réponse

    Chasses au trésor (entre autres) au collège Nelson Mandela d’Elbeuf

    Texte élaboré par M. Philetas, du collège Nelson Mandela d’Elbeuf

    Pour la quatrième année consécutive, l’équipe de mathématiques du collège Mandela a organisé, dans le cadre de la semaine des mathématiques, diverses activités à destination des élèves de tous les niveaux, en lien avec le thème de cette année : « Mathématiques et langages ».

    Calcul mental : transmission
    La semaine a donc commencé le lundi 13 mars 2017 où les élèves de sixième, en plus de participer au rallye IREM, ont pu s’affronter lors d’un concours de calcul mental sous la forme de relais. C’est donc par équipe de 6 ou 7 que les élèves enchaînaient les calculs avant de transmettre le résultat de différentes façons.
    Nous leur avons également proposé une chasse au trésor où ils ont enchaîné les épreuves, en équipe, pour débloquer la carte du trésor.

    La journée de mardi était consacrée au niveau troisième pour une chasse au trésor. Comme pour les plus jeunes le lundi, c’est par groupe de six ou sept que les élèves ont enchaîné les épreuves (énigmes, construction d’un QR code, programmation scratch, énigmes en langue étrangère, décryptage d’un code César). Chaque épreuve leur permettant d’obtenir un code pour débloquer l’épreuve suivante, les groupes débloquaient finalement une carte d’Elbeuf sous GeoGebra où figuraient différents points représentant des lieux de la commune à identifier. Un programme de construction leur permettait alors de trouver l’emplacement du trésor.

    Jeu des signes
    Trois activités étaient proposées aux élèves de cinquième le jeudi matin : le relais de calcul mental et la chasse au trésor sur le même modèle que les sixièmes, et « le jeu des signes » organisé en collaboration avec les professeurs d’EPS.
    Le jeu des signes, où 3 équipes s’affrontent, consiste à espionner une grille mathématique placée dans le camp adverse sans se faire « attraper ». Ils doivent alors effectuer des calculs ou recopier des expressions ou termes mathématiques pour remplir leur propre grille, tout en défendant leur camp des autres espions. Les élèves se sont pris au jeu et n’ont pas ménagé leur peine !

    Les quatrièmes ont clôturé l’événement le jeudi après-midi pendant deux heures avec une chasse au trésor sur le même modèle que les troisièmes.

    PDF - 468 ko
    Reportage illustré : semaine des mathématiques à Mandela

    Cette quatrième édition, comme les précédentes, aura rencontré un vif succès auprès des élèves et des collègues qui ont pu redécouvrir les mathématiques sous un angle ludique et original.